Le garnissage synthétique en literie

Le garnissage synthétique en literie

Table des matières

Le premier type de garnissage que nous avons étudié était celui avec les matières synthétiques. Et pour cause, il s’agit du rembourrage le plus répandu.

Le rembourrage le plus utilisé sur le marché

En effet, une étude1 de Fortune Business Insights indique que ces oreillers, en particulier ceux rembourrés polyester, sont les plus demandés par les consommateurs. Selon les auteurs, ils représentent aussi le rapport coût-rendement le plus intéressant pour les fabricants.

Une autre entreprise spécialisée dans les études de marché, Zion Market Research, montrait que le commerce de l’oreiller, tous rembourrages confondus, ne représentait pas moins de 13 milliards de dollars en 2022, et avoisinerait même les 20 milliards en 20302. Il n’est pas donc pas étonnant de voir de plus en plus de confectionneurs s’engager dans la voie du synthétique.

Peu d'avantages

Le principal avantage du garnissage synthétique est son prix : ces oreillers sont idéals pour les petits budgets3. On comptera en moyenne entre 30€ et 40€ pour un milieu de gamme, et autour des 90€ pour les modèles les plus qualitatifs4.

A titre de comparaison, les pièces de literie rembourrées en matières animales commencent autour de 100€ et peuvent grimper à des prix avoisinant les 500€ pour des modèles d’exception.

Il existe différents types de rembourrages synthétiques. Nous listons ci-dessous les plus courants :

  • En polyester : dérivé de la pétrochimie, les fabricants l’utilisent le plus souvent sous formes de fibres. Du silicone y est ajouté pour les rendre plus résistantes afin qu’elles durent plus longtemps5. Ce supplément artificiel permet aussi d’imiter le gonflant et le confort qui se retrouve sur un oreiller naturel.
  • En microfibres : version améliorée du polyester offrant des caractéristiques similaires6, quoiqu’un peu plus chère.
  • A mémoire de formes : star des oreillers synthétiques, il s’agit d’une mousse qui prend la forme exacte de la nuque. En effet, grâce à ses caractéristiques de viscoélasticité7, elle agit comme une pâte à modeler. Ces pièces de literie présentent l’avantage de s’adapter à tous types de morphologies. Ainsi, en fonction du poids de la tête, cette dernière s’enfoncera de manière ergonomique. Autrement dit, les points de pression au niveau de la nuque seront bien répartis, et les tensions musculaires réduites.
  • En latex : naturel ou synthétique, elle présente les mêmes avantages d’ergonomie que les oreillers à mémoire de formes. On préfèrera la version naturelle de ce matériau indiquée grâce à la présence du label Eurolatex.
L'avantage principal du garnissage synthétique est son prix. Il présente en contrepartie plusieurs inconvénients. © Mattress Clarity

Beaucoup d'inconvénients majeurs

Malgré un prix attractif et quelques avantages ergonomiques, nous pensons que ces oreillers synthétiques présentent des inconvénients qui nous semblent rédhibitoires.

La durée de vie de ces produits

Premièrement, les oreillers en polyester et microfibres vieillissent très mal. Pour ceux disponibles dans la grande distribution, il faudra en effet les changer en moyenne tous les 6 mois8. Cela sera nécessaire pour s’assurer que sa nuque soit maintenue dans une position ergonomique correcte.

Pour les oreillers à mémoire de formes ou en latex, la durée de vie augmente légèrement et se situe entre 2 et 3 ans9. A titre de comparaison, un oreiller naturel perd de son gonflant, et donc de son confort et de ses caractéristiques ergonomiques, après 7 à 10 ans d’usage sous réserve d’un entretien régulier.

Une étude comparative10 entre les rembourrages synthétiques et naturels menée par l’organisme indépendant Long Trail Sustainability montre que les plumettes sont en moyenne 33 fois plus durables que leurs alternatives synthétiques. Un rapport coût-rendement très certainement intéressant pour les fabricants, moins pour les dormeurs.

L'impact écologique

Deuxième inconvénient, l’impact écologique. Changer aussi régulièrement d’oreiller à cause d’une perte d’ergonomie ou éventuellement d’une mauvaise régulation thermique (cf. section ci-dessous) implique évidemment une emprunte nocive et non négligeable sur l’environnement.

Toujours selon cette étude de Long Trail Sustainability, à tonne équivalente, le duvet a un impact de 85 à 97% inférieur à celui du polyester. Une autre comparaison est explicitée : le rembourrage naturel a un impact sur le réchauffement climatique 18 fois inférieur par rapport au rembourrage synthétique.

Ce constat alarmant n’est pas étonnant quand on sait que la plupart de ces matériaux synthétiques, notamment le polyester, sont des dérivés de la pétrochimie11. Rappelons qu’ils mettront entre 200 à 400 ans pour être complètement dégradés dans la nature12.

Le manque de respirabilité

Troisième inconvénient, nous l’évoquons aussi dans notre guide sur le masque de sommeil, mais quand il s’agit de literie, nous aimons privilégier les matières naturelles. Ce choix s’explique par le fait que notre peau a besoin de respirer afin que notre corps puisse réguler sa température. Notre organisme a effectivement besoin de perdre entre 0.5 et 1°C pour un bon endormissement13.

Or, les matériaux synthétiques ne favorisent pas une bonne respirabilité14 ; au contraire, ils tiennent chaud. Nous pensons notamment au latex. Afin que la nuit se déroule sans sueurs, les fabricants sont obligés de le perforer pour qu’il y ait des passages d’air15. Malheureusement, ces derniers sont rarement suffisants et des chaleurs nocturnes peuvent apparaître et déranger pendant la nuit.

Aussi, ce rembourrage non naturel est un environnement propice aux acariens. Organismes microscopiques pouvant être de grands ennemis pour beaucoup, nous tenions à le préciser. Ces animaux microscopiques de la famille des araignées aiment particulièrement la chaleur, l’humidité et l’obscurité16. Hélas, plus le matériau sera synthétique, moins il sera ventilé, moins il y aura d’aération. Ce manque entrainera un taux d’humidité plus élevé, donc une plus grande chaleur. Il n’est donc pas étonnant qu’au bout de quelques années, 10% du poids d’un oreiller synthétique correspondent à des acariens morts17.

L'impact sanitaire

Le dernier inconvénient, et non des moindres, représente la santé. Nous dormons en moyenne près de 7 heures par nuit en France18. Nous respirons donc les substances qui peuvent émaner de notre oreiller. Et quand on prend conscience de celles qui peuvent s’y trouver, cela donne à réfléchir.

Dès 2012 déjà, le magazine 60 Millions de consommateurs alertait sur la présence de substances nocives, voire carrément toxiques pour certaines, pour notre santé dans nos couettes et nos oreillers synthétiques19.

Mais elles semblent pourtant nécessaires. Par exemple, quelques-unes des matières utilisées pour ce type de rembourrage sont inflammables ; l’ajout de produits anti-feux est alors indispensable lors du processus de confection afin de respecter les normes européennes liées à la réduction d’incendies20 (e.g. la norme M1/B1).

Aussi, certains constructeurs jouent la carte de la transparence en adossant des labels, comme ceux des standards Oeko-Tex, ou les méthodes utilisées pour l’expansion de la mousse, en mentionnant par exemple l’absence de colle et d’agents propulseurs comme les chlorofluorocarbures (CFC).

Néanmoins, qu’il s’agisse de la présence des substances tout juste évoquées, de perturbateurs endocriniens comme le tristement célèbre acide perfluorooctanoïque (PFOA), ou d’insecticides parfois très puissants, les fabricants semblent être toujours peu regardant, ni soucieux envers le bien-être de leurs clients21 du moment que le profit est là.

"Perturbateurs endocriniens" est un des ouvrages mettant en avant la présence de substances nocives dans nos literies synthétiques. © Les Éditions Buchet-Chastel

Rappelons que ces comportements peu moraux de leurs parts ont eu, et ont toujours, un impact épouvantable sur notre santé, notamment sur celle des plus jeunes, et plus gravissime, sur celle des bébés22. Les autrices Marine Jobert et François Veillerette, dans leur ouvrage « Perturbateurs endocriniens ; la menace invisible23 », sorti en 2015 et toujours disponible aux éditions Gallimard, indiquent à quel point nos systèmes hormonaux peuvent être bouleversés24. Une autre étude25 de l’Institute of Epidemiology and Social Medicine, basé en Allemagne, montre que les nouveaux nés dormant dans une literie composée de matériaux synthétiques sont plus susceptibles de développer de l’asthme au court de leur vie.

Nous ne souhaitons pas suivre le même chemin. Comme nous le mentionnons dans notre définition de la qualité ainsi que dans notre page Notre Philosophie, un impact sanitaire néfaste sur le consommateur ne représente en aucun cas, pour nous, un bon investissement, et encore moins un produit de qualité.

Qu'en dit la science ?

Afin de savoir si nous devions garder le rembourrage synthétique dans notre sélection finale d’oreillers, nous avons aussi épluché la littérature scientifique. A notre surprise, nous n’avons trouvé aucune étude permettant de démontrer la supériorité d’un matériau par rapport à un autre, notamment synthétique versus naturel. Le physiothérapeute canadien Denis Fortier a fait d’ailleurs le même constat26.

Il semble y avoir cependant un consensus sur le fait que le latex soit la meilleure des matières synthétiques pour réduire les douleurs cervicales27,28,29. Nous n’avons cependant trouvé aucune preuve que cette matière en particulier était mieux que le duvet.

Un mot sur les oreillers technologiques

Nous l’avions déjà constaté lors de nos recherches pour notre guide sur le masque de sommeil, certains fabricants incorporent la technologie dans leurs produits, même pour notre sommeil. Il existe en effet des oreillers électroniques avec des capteurs30.

Ainsi, il n’est pas rare de voir de nos jours des oreillers avec des haut-parleurs, d’autres équipés d’une fonction réveil ou anti-ronflements31. Quelques-uns sont même capables d’analyser les différents cycles de notre sommeil32 (cf. image ci-dessous).

Le iX21® Smartpillow est un exemple d'oreiller connecté, permettant d'enregistrer les différents cycles de sommeil. © iX21

Une autre option, moins connectée, concerne les oreillers thermorégulateurs. Ces derniers disposent d’une couche de gel afin d’assurer une certaine fraîcheur durant la nuit. Nous pensons notamment au modèle « PPC CPAP à encoches33 » du fabricant français Renight Store.

Nous n’avons testé aucun de ces oreillers high-techs. Même si nous pensons que l’intention de vouloir améliorer la qualité du sommeil est louable, nous nous posons tout de même la question de savoir si ces fonctionnalités sont nécessaires. Nous n’avons aussi aucun recul sur la longévité de ces produits. Enfin, comme nous l’expliquons dans la page Notre Philosophie, nous essayons, autant que faire se peut, de privilégier des produits durables et sans électronique.

Néanmoins, selon nous, nous pensons que si ces solutions technologiques peuvent répondre aux problématiques de certains, pourquoi ne pas les considérer. Nous sommes cependant convaincus que les oreillers que nous proposons dans nos guides répondront aux besoins du plus grand nombre.

Enfin, nous voudrions rappeler que Le Guide Qualité n’a pas vocation à prodiguer des conseils de santé. En cas de doute, il est préférable de faire appel à un professionnel plutôt qu’à une solution technologique, aussi perfectionnée soit-elle.

Sources

  1. [« Sleeping Pillow Market Size, Share and Industry Analysis » [Archive], Fortune Business Insights, 2022, consulté le 8 novembre 2023][]
  2. [« Sleeping Pillow Market Size & Share to Surpass $19.85 Billion by 2030 » [Archive], GlobeNewswire, 2023, consulté le 28 septembre 2023][]
  3. [« Oreiller synthétique » [Archive], La Maison de l’Oreiller, 2023, consulté le 15 septembre 2023][]
  4. [Samedi à tout prix, « Bien choisir son oreiller, l’allié de notre sommeil« , YouTube, 2021, consulté le 12 septembre 2023][]
  5. [« Oreiller naturel vs oreiller synthétique » [Archive], La Maison de l’Oreiller, 2023, consulté le 16 septembre 2023][]
  6. [Benjamin Brochet, « Comment choisir un oreiller ergonomique ?« , YouTube, 2018, consulté le 21 septembre 2023][]
  7. [« Oreiller à mémoire de forme » [Archive], La Maison de l’Oreiller, 2023, consulté le 14 septembre 2023][]
  8. [« Quelle est la durée de vie moyenne d’un oreiller ? » [Archive], Wopilo, 2023, consulté le 12 octobre 2023][]
  9. [« Quand changer ses oreillers ? » [Archive], ID Market, 2018, consulté le 2 novembre 2023][]
  10. [« Down vs Polyester fill LCA study » [Archive], Long Trail Sustainability, 2019, consulté le 2 octobre 2023][]
  11. [« Synthétiques organiques » [Archive], textile-technique, 2023, consulté le 2 octobre 2023][]
  12. [« Quelles matières textiles choisir ? » [Archive], Happy new green, 2015, consulté le 4 octobre 2023][]
  13. [« Pourquoi la température du corps baisse quand on dort ? » [Archive], Noctéa, 2023, consulté le 6 octobre 2023][]
  14. [Tristan Albanese, « Comment choisir la matière idéale pour votre oreiller ? » [Archive], ABCtravaux, 2023, consulté le 18 novembre 2023][]
  15. [« Oreiller latex : avantages et inconvénients » [Archive], Tediber, 2022, consulté le 24 octobre 2023][]
  16. [« Mesures d’éviction des acariens » [Archive], CHUV, 2019, consulté le 26 octobre 2023][]
  17. [« Les acariens vivent partout dans votre habitation » [Archive], ExAller, 2020, consulté le 18 novembre 2023][]
  18. [« Temps de sommeil : les Français dorment moins de 7 heures par nuit » [Archive], Vie publique, 2019, consulté le 30 novembre 2023][]
  19. [« 60 Millions de Consommateurs – Novembre 2012 » [Archive], 60 Millions de Consommateurs, 2012, consulté le 12 octobre 2023][]
  20. [« Tissus non feu : comprendre la norme ignifuge M1/B1 » [Archive], ASD Textiles, 2018, consulté le 27 novembre 2023][]
  21. [« Des couettes imprégnées de substances toxiques » [Archive], 60 Millions de Consommateurs, 2012, consulté le 12 octobre 2023][]
  22. [« Perturbateurs endocriniens : comment protéger bébé au quotidien » [Archive], magicmaman, 2020, consulté le 13 octobre 2023][]
  23. [Marine Jobert, François Veillerette, « Perturbateurs endocriniens ; la menace invisible » [Archive], Librairie Gallimard, 2015, consulté le 15 octobre 2023][]
  24. [Guillaume Bodin, « Perturbateurs endocriniens, la menace invisible » [Archive], dahu.bio, 2018, consulté le 13 octobre 2023][]
  25. [Thomas Behrens, et al., « The use of synthetic bedding in children » [Archive], PubMed, 2005, consulté le 14 octobre 2023][]
  26. [Denis Fortier, « Comment bien choisir son oreiller« , YouTube, 2020, consulté le 15 octobre 2023][]
  27. [Susan J Gordon, et al., « Pillow use: the behavior of cervical stiffness, headache and scapular/arm pain » [Archive], PubMed, 2010, consulté le 9 octobre 2023][]
  28. [Fatemeh Fazli, et al., « The Effect of Ergonomic Latex Pillow on Head and Neck Posture and Muscle Endurance in Patients With Cervical Spondylosis » [Archive], PubMed, 2019, consulté le 17 novembre 2023][]
  29. [Fatemeh Fazli, et al., « The effect of ergonomic latex pillow on pain and disability in patients with cervical spondylosis » [Archive], PubMed, 2018, consulté le 18 novembre 2023][]
  30. [« Les oreillers connectés » [Archive], Sommeil, 2022, consulté le 19 novembre 2023][]
  31. [Amandine Jonniaux, « Cet oreiller connecté peut vous empêcher de ronfler  » [Archive], Journal du Geek, 2023, consulté le 10 octobre 2023][]
  32. [« Les oreillers connectés : comment vous aident-ils à mieux dormir ? » [Archive], Mon oreiller et moi, 2020, consulté le 14 octobre 2023][]
  33. [« Oreiller PPC CPAP à encoches » [Archive], Renight Store, 2022, consulté le 29 octobre 2023][]